Maestro save the king

art déco illustration

Il regarde le soleil se lever, les premiers battements de la ville s’éveillent, funambules. C’est drôle, toute cette frénésie. La rencontre des lumières, les gens, et les veines de béton. Chemise ajustée, barbe taillée, c’est fier et engagé qu’il entre dans les effluves urbaines. Sa peau encore chaude nargue le vent trop pressé tandis qu’il entre dans cette rame de métro, si familière au bout de tant d’années. Chaque arrêt sonne comme un compte à rebours, fiévreux. Aujourd’hui, il le sait, cette journée n’est pas comme les autres. Chacun de ses pas vers Maestro creuse le brouillard ambiant. Ce chemin, il l’a façonné, jour après jour pour en faire sa destinée. Il se souvient encore du premier jour où il a passé la porte de cette aventure, celle-là même qu’il a édifiée, à la manière d’une petite main, délicate, puissante. A l’instar de l’orfèvre et son diamant, du scientifique et son laboratoire, il a pris soin de sa muse.Cette ivresse de ce jour si particulier, il la doit à son goût presque ambré, celui de la récompense.

Aujourd’hui, le mois lui appartient. Il va être couronné pour avoir façonné avec tant d’ardeur le bijou Maestro, pour avoir mis à nu toutes ses capacités au service de ce dernier. C’est lui, que sa famille a choisi. C’est d’un pas presque solennel qu’il passe les portes. Son regard est fier, son sourire s’étire, confiant jusqu’aux dernières dents. Dans quelques minutes, l’héritier de ces quatre semaines passées lui cèdera sa place, le couronnant d’un travail mérité. Rieur, il foule ses derniers pas qui le mèneront vers le règne. Quelques semaines plus tard, il passera à son tour le flambeau de cette même main, ardente. Comme un murmure, une pensée le traverse, joueuse.  « God Save the King » comme dirait l’autre.

art déco illustration
king2